Un éveilleur, des Z’éveilleurs.

Dans la rubrique « qui suis-je ? »  ou « qu’est-ce que c’est ?  » j’ai envie d’ajouter  cet article que j’ai rédigé pour une revue, et dans lequel j’ai juste à actualiser le nom du Festival des Z’éveilleurs aujourd’hui en ligne. De tout coeur.  Maria

Un éveilleur, des Z’éveilleurs. Par Maria Loire

L’histoire commence par un samedi de 2013 alors que j’ai décidé d’aller passer un week-end chez mes parents. Ce même jour, j’appelle donc maman pour lui confirmer ma venue et elle me réponds : d’accord, à ce soir. Or il n’est guère que 10 heures du matin, le temps de terminer mes préparatifs et me voici prête à partir vers 11 heures, bien plus de temps qu’il n’en faut pour le trajet qui correspond à deux heurs et demi de voiture. Qu’à cela ne tienne, je m’arrêterai en cours de route pour déjeuner, j’ai d’ailleurs souvenir d’avoir remarqué une évènement intitulé «  festival de la haie »  je crois, une magnifique opportunité de découverte et tout à la fois de trouver je l’espère une restauration de qualité. Me voici donc à Ancenis, cherchant mon itinéraire et faisant plusieurs fois le tour des ronds-points, sans trouver la direction souhaitée et alors que me narguent les fléchages pour un salon du bien-être. Alors c’est dit, je cesse de faire de la résistance et je suis les flèches. Pas de restauration sur ce salon, mais je suis d’emblée accueillie par l’organisatrice pas trop occupée à cette heure de pause-déjeuner qui après une demi-heure d’échanges enrichissants, me convie à partager les plats apportés par les exposants. D’autres échanges en perspective qui se prolongent par la découverte des activités de chacun et chacune lors de notre retour dans les salles d’exposition. J’ai également l’opportunité de participer à un atelier au cours duquel pour la première fois j’entends les cœurs célestes.

Il est bien dix-sept heures trente lorsque je regagne mon véhicule, enchantée de mon après-midi et après quelques kilomètres, une idée s’impose à moi : c’est cela que je dois faire : organiser des salons. J’ai aimé cette possibilité de m’asseoir successivement en face de chaque exposant, ne me sentant pas vraiment « cliente » mais juste pour échanger sur ce qu’ils sont et leurs outils d’accompagnement.

Le premier évènement en octobre 2013.

J’ai créé l’association « les petites mains de la lumière » en fin d’année 2012 dans le but d’organiser des conférences au Mans, même si j’ai pris soin de noter dans les moyens de cette association, beaucoup d’autres outils pour réaliser les objectifs de cette association. Et donc créer des salons est un des moyens envisagés.

Il me semble évident d’organiser un premier événement là où j’ai des « repères «  et c’est donc à LA FLÈCHE que je réserve une salle pour un salon de thérapeutes. La date est retenue pour le début d’octobre et je me lance dans le grand bain. Les choses s’enchaînent relativement bien jusqu’au moment de la fabrication des affiches. Voilà bien quelques mois que je prépare un salon des Éveilleurs – dans ma tête – mais comment vais-je l’appeler ????

Il me faut quelques semaines pour réussir à mettre enfin sur le papier que c’est bien d’un salon des ÉVEILLEURS dont il s’agit. Pas facile pour moi d’être qui je suis et en plus de l’afficher, d’autant plus dans une région où je suis un peu connue.

Et encore moins facile de répondre à cette question des centaines de fois posée :

Qu’est-ce que c’est un Éveilleur ? comment le définissez-vous ?  les exposants potentiels, les visiteurs, les quelques journalistes qui acceptent du bout des lèvres de me rencontrer, sans compter ceux qui après être repartis avec la documentation, viendront dire à ma mère, en lui parlant de moi : «  elle est dans une secte ! »

Un éveilleur, qu’est-ce que c’est ?

Eh bien de la secte parlons-en. La définition d’un éveilleur, pour moi, elle évolue en même temps que je suis mon chemin d’évolution, puisque je me définis moi-même comme une éveilleuse.

Pour moi, aujourd’hui, être un éveilleur ou une éveilleuse, c’est d’abord ÊTRE, être en conscience sur mon chemin d’évolution, tellement dans ma propre Lumière, que mon rayonnement suscite autour de moi l’envie de « bouger sa VIE »

Je suis d‘abord un témoin lumineux sur le bord du chemin qui va permettre à celui ou celle qui me croise d’éclairer un peu son propre chemin ou bien différemment s’il n’y voyait plus très clair. Mes cinquante premières années dans cette incarnation ont été remplies d’expériences que j’ai plutôt vécues douloureusement. A l’aube de ce millénaire, une ultime peine m’a permis de « toucher le fonds, encore un peu plus » mais en même temps de rebondir et de décider de prendre ma VIE en mains. Cette faculté que j’ai acquise aujourd’hui d’alchimiser les ressentis douloureux, j’en témoigne à seule fin qu’elle puisse inspirer ceux qui me croisent, me lisent ou m’écoutent.

Un terme qu’il me convient de réutiliser pour l’éveilleur, c’est celui « de directeur de conscience » . Quelques mots entendus au cours d’une rencontre « au coin de la rue » me permettent également de donner rapidement quelques « pistes de réflexion » à mon interlocuteur, tout en les ramenant le plus souvent à mon vécu : c’est une autre manière pour moi, d’être une éveilleuse : « donner du grain à moudre » pour poursuivre sa route.

La règle d’or de l’éveilleur : je suis conscient que ce que j’enseigne le mieux c’est ce que j’ai à intégrer moi-même, dès lors que l’intégration a eu lieu, la transmission se fait juste par le fait d’être CE QUE JE SUIS.

Qui sont les Z’éveilleurs ?

Il faut d’abord que je vous dise que lorsque j’ai commencé mon activité d’organisatrice d ‘évènements, j’ai collecté un certain nombre de cartes de visite pour « recruter » des exposants. Mais voilà, ce ne sont pas ceux-là qui sont venus et dans sa grande générosité, LA VIE m’adressent, merveilleusement guidés, celles et ceux qui souhaitent œuvrer comme moi au service de La Lumière.

Comme je leur dis le plus souvent, il n’y a pas d’université pour former les Z’éveilleurs. Ma seule formation c’est l’école de LA VIE et elle ne délivre pas de diplôme ! C’est bien davantage « qui vous êtes » qui m’intéresse, que « ce que vous faites » Pour la plupart, les Z »éveilleurs ont dans leur bagage, un certain nombre de formations dot ils ont fait un melting-pot pour en tirer l’ESSENCE, ils ont digéré le tout pour se l’approprier. Et leur atout principal, c’est leur unicité alliée à leur authenticité. Plus ils vibrent sur leur propre fréquence, et plus ils attirent vers eux celles ou ceux qui correspondent à cette vibration et qui sont en demande d’accompagnement.

Par définition, je conseille vivement au lecteur de considérer l’éveilleur auquel il s’adresse comme un ÊTRE, lui aussi en chemin. En effet, je sais , pour l’avoir vécu, combien il peut-être douloureux, après avoir idéalisé un thérapeute de s’apercevoir qu’il est aussi un humain en recherche.

L’éveilleur vu par les Z’éveilleurs.

C’était à Bressuire (mars 2015) dans les Deux-Sèvres, lors du 7ème événement que j’organisais que j’ai demandé à un ami de tendre le micro aux exposants présents pour obtenir leur propre définition d’un éveilleur. Voici la transcription de quelques réponses spontanées.

Suzanne Bacave : « les éveilleurs sont des artisans de Lumière qui sont là pour accompagner des gens sur un chemin d’évolution, qui ont eux-mêmes vécu une évolution et qui sont toujours en train de vivre une évolution, et qui à travers leur expérience vont venir appuyer et accompagner toutes les les personnes qui sont en chemin, en conscience. »

Corinne Lanfranco ; « Mon petit nom sacré, c’est Oiseau de lune,  pour moi les Z’éveilleurs c’est des gens qui ont commencé à se réveiller, à réveiller leur puissance divine à l’intérieur et qui sur le chemin vont dire des mots ou faire des petites choses qui vont permettre à d’autres de s’éveiller aussi, de trouver la petite lumière à l’intérieur d’eux-mêmes, de trouver ce petit feu sacré qu’on a tous à l’intérieur dans le temple de notre cœur. Les Z’éveilleurs, c’est des gens qui se réveillent et en même temps avec leur façon à eux permettent que d’autres puissent se dire : tiens ça c’est serait chouette d’aller regarder un peu où j’en suis , moi, qui je suis, comment je pourrais faire pour voler avec mes propres ailes. »

Raymond Ammeter : « le mot me fait penser à quelque chose d’important »

Carmen Péra : « je suis une éveilleuse d’âmes et donc j’accompagne les personnes vers l’estime de soi. Éveilleur pour moi, c’est mettre en mouvement ce qui existe déjà, mais dont on n’a pas encore conscience et donc on va lui donner une réalité, lui permettre de devenir réel. »

Sonia Mogis : » je suis médium ; Pour moi les Z’éveilleurs vont éveiller la petite lumière qui se trouve en chacun de nous et qui est parfois cachée sous une pile d’émotions, sous une pile de choses pas encore dénouées, donc l’éveilleur va aller chercher cette petite lumière pour la faire rayonner. »

Claire Marquis : « les Z’éveilleurs – c’est un grand tourbillon qui va permettre à un maximum de gens d’aller vers des ouvertures de conscience, d’aller vers des soins plus respectueux d’eux-mêmes, d’aller à la rencontre d’eux-mêmes. »

Le Festival des Z’éveilleurs, sur le web

C’est au début de l ‘année 2014 qu’une nouvelle idée s’est imposée à moi ; créer un sommet en ligne. J’ai eu cette vison du sommet des z’éveilleurs sur le web, mais comment mettre en place un tel projet ? Certainement j’ai pu m’improviser organisatrice d’évènements et me former « sur le tas » mais pour un sommet en ligne c’est une autre histoire. Les métiers du web, je me familiarise déjà avec leur dénomination, alors autant demander la collaboration de l’univers, je sais par expérience que je peux lui faire confiance dorénavant et que lorsqu’il tarde à répondre c’est juste que je n’ai pas encore fait ma part d’être humain. Cette fois-ci il m’a fallu presque six mois pour « m’aligner », même les éveilleurs mettent encore du temps à trouver leur propre solution. Mais quand je l’ai trouvée, c’est sur un plateau que la Vie m’a fourni les moyens de réaliser ma mission. Fournir du contenu, c’est ce qu’il me restait à faire. J’ai donc eu le bonheur de rencontrer des éveilleurs pour certains connus, pour d’autres moins mais cela n’entame aucunement la valeur de leur témoignage. Les premiers entretiens m’ont permis de faire le point sur ce que je souhaitais et nous avons eu au cours des suivants des conversations de cœur à cœur, riches d’authenticité que j’espère vous aurez plaisir à découvrir. Et en prime, chacun des intervenants a eu l »opportunité de répondre à cette question ; c’est quoi pour toi un éveilleur ?

Maria Loire : http://lumiereduchemin.com/

Ce blog qui, tel le phénix renaît de ses cendres, vous permettra de lire ou d’écouter mes propres témoignages, épisodes de vie vécus en conscience ou plus anciens et revisités afin de les pacifier. Il vous donnera également le mode d’emploi des outils que je me suis appropriés pour parvenir à cette pacification. Et puis aussi bien sûr mes offres de service.

Les liens utiles

lespetitesmainsdelalumiere.org l’association organisatrice, tous les renseignements sur les évènements et les « qui suis-je ? » des intervenants

lumiereduchemin.com le blog de Maria,

le festival des Z’éveilleurs

Laisser un commentaire