Archives du mot-clé nathalie martin

Le Festival des Z’éveilleurs , c’est J -2

Le Festival des Z’éveilleurs  sera en ligne dès le 19 août 2015.

Pascal,  Daniel,  Annabelle, Pierre-Gilles, Jean-Luc  sont quelques-uns des Z’éveilleurs qui se sont livrés avec authenticité devant les caméras, dévoilant leur parcours quelquefois un peu chaotique qui les ont forgés pour aujourd’hui  simplement ÊTRE.

Jean-Luc de Wachter
Jean-Luc de Wachter expert pour le Festival des Z’éveilleurs

Ils ont aussi  répondu à ma question :  » c’est quoi pour toi un éveilleur? »  et c’est Jean-Luc qui en parle comme d’une allumette, pour allumer le bois d’autrui pour se consumer ensemble dans le feu de l’Amour.

Alors ensemble, par écran interposé,  retrouvons-nous sur le festival des Z’éveilleurs  et allumons le feu !

Maria, créatrice du Festival des Z’éveilleurs.

le lien d’inscription dans deux jours sur ce blog, si tu le préfères dans ta boite de réception, rejoins la liste des abonnés à l’info-lettre de les petites mains de la Lumière.

Le « qui suis-je? » de Nathalie Martin.

Je m’appelle Nathalie MARTIN et je suis coach en résilience auprès des femmes qui veulent retrouver la sérénité et le sens de leur vie après une épreuve douloureuse. Je serai présente au salon de Joué-Les-Tours les 29 et 30 novembre 2014.

Mon parcours est profondément axé sur l’humain. Après des études scientifiques, je me suis engagée dans une carrière d’enseignante de physique chimie. Au fil des années, je me suis rendu compte que ce qui me passionnait, ce n’était pas la matière que j’enseignais, mais davantage le fait de transmettre mes connaissances, et d’accompagner mes élèves à se dépasser, à aller vers une meilleure estime d’eux-mêmes. Enseigner les sciences physiques est devenu un poids pour moi : je n’arrivais plus à trouver plaisir à transmettre la loi d’ohm alors que tant d’autres choses essentielles, elles, manquaient cruellement à mes élèves.

La confiance en eux, la connexion à celui ou celle qu’ils Nathalie Martinsont vraiment au fond d’eux, l’amour inconditionnel de la vie : autant de clés vers le bonheur que je voulais leur donner.

Seulement voilà, ma mission d’enseignante attendait de moi autre chose. Je sentais que ma mission de vie était ailleurs, mais je n’arrivais pas à trouver le courage de renoncer à la sécurité que m’offrait mon poste. Démissionner de la fonction publique relevait pour moi de la folie ! Et puis en 2010, la vie s’est chargée de me réveiller violemment : mon père est décédé brutalement. Ma vie a basculé dans la douleur. De ma souffrance sont nées de fortes prises de conscience : ma vie est courte, trop courte pour être petite. Trop courte pour continuer à jouer à être quelqu’un d’autre. Trop courte pour continuer à « gagner ma vie » avec un travail plutôt que de la créer en accomplissant ma mission de vie.

J’ai décidé de me former au coaching, j’ai démissionné de la fonction publique. J’ai décidé de passer le reste de ma vie à accompagner des femmes qui veulent retrouver la sérénité après une épreuve douloureuse et donner un sens à leur vie.

Ce qui m’anime au quotidien, c’est d’accompagner ces femmes à faire de ce qui aurait pu les abattre, un véritable tremplin vers une vie meilleure : une vie en parfaite harmonie avec celle qu’elles sont vraiment.